Apprendre à s’aimer.

Bonjour mes amis(es) !

Avez-vous passé un bel été ? En avez-vous profité ? Je dirais que le mien a été très agité. Sachant qu’une bonne cadence est importante et très positive, je ne pourrais m’en plaindre. Mais suite à un déménagement dans ma nouvelle maison au début juin, je confirme que la saison s'est évanouie avant que je prenne pleinement conscience de sa présence. Mais je vous assure que je suis heureux et comblé malgré tout. L’occupation est nécessaire à l’épanouissement. C’est vital d’avoir des projets et ça fait du bien à l’esprit, ça le rend plus léger.

Le seul petit ombrage, ce sont mes multiples douleurs, la vie serait plus que douce sans elles. Je compense avec de la méditation et du Reiki. De plus, la musique et les rencontres que je fais dans mon nouveau métier de coach m’aident énormément. L’échange d’expérience est gratifiant et cela me fait du bien à l’âme. Une contribution qui canalise cette souffrance afin de l’expédier très loin. Je savais que les relations aidantes me combleraient, mais à ce point ?! C'est vraiment puissant, efficace.

Depuis, je suis resté quand même très casanier. Le temps n’a pas réussi à m’extraire de ma sécurisante routine. Cela viendra certainement avec de la patience et encore du temps. Je médite là-dessus.

Bref, je suis très heureux de vous retrouver sur mon blogue, malgré mes obligations, je suis en grande forme et inspiré pour la suite de mes multiples projets.

Voici le premier thème qui m'intéresse fortement : apprendre à s’aimer.

J’ai toujours bien apprécié les tatouages, pas excessivement, mais de temps à autre, je m’en offre un. Je prends le temps de bien le choisir. C’est pour moi une démarche artistique et d’expression. C’est très personnel je m’en confesse.

Il y a quelques années, je me suis fait écrire les mots suivants sur mon bras: authenticité – confiance – respect. Pour ma part, j’ai dû m'activer fort et je continue afin de m’améliorer sous plusieurs angles. Ces trois mots étaient vitaux pour moi.

Dernièrement, j'ai beaucoup travaillé sur mon authenticité. Je ne l’ai vraiment pas toujours été. Pour le devenir, on doit commencer par apprendre à se respecter, c’est très important. Et pour se faire, il faut s’aimer davantage et se faire confiance.

Alors voilà le résumé de mes trois petits mots qui sont primordiaux dans mon développement personnel. Trois petits mots qui sont lourds de sens et de responsabilités.

Respecter ceux et celles qui nous entourent, essayer de saisir leurs douleurs, être emphatique, simplement humain. Les blessures laissent avec leurs cicatrices, une certaine crainte d’avoir mal de nouveau. Alors on a tendance à fermer toutes les portes qui mènent au cœur. C’est uniquement pour se protéger. On comprend bien que la cicatrice physique est guérie, et que la psychologique laisse souvent une plaie ouverte… On l’oublie trop fréquemment celle-là. Et vous savez pourquoi ? Car elle est taboue ! On a peur de passer pour fou, ou encore pour un lâche, un faible. Notre tête et notre cœur ont aussi besoin de soins, ils sont importants pour notre équilibre harmonique. Et nous savons tous et toutes comment ils sont malmenés dans une vie n’est-ce pas ? Difficile de mettre l’ego de côté dans ces moments-là.

Pendant de nombreuses années, je n’ai existé que pour plaire aux autres. Vivre dans l'œil du monde est lourd à porter et vous savez ce qui advient dans ce temps-là ? On se perd de vue, on s’oublie et on finit par perdre contact avec sa propre réalité. N’attendons pas que cela arrive, agissons, allons chercher de l’aide.

Avoir l’impression d’un regard constant sur soi est exténuant. Tu n’oses plus sortir, car ça devient agressant. L’angoisse se manifeste comme un fantôme, elle surgit sans crier gare et domine l’instant présent en prenant possession de ton ici et maintenant. Je ne veux plus vivre ça. Je me suis fait la promesse de prendre soin de moi et c’est ce que je fais, du mieux que je peux et aussi souvent que j’ai mal. Le faites-vous ?

Au printemps passé, je me suis senti disposé pour une nouvelle fantaisie, je souhaitais de nouveau me faire tatouer. Cette fois-ci, c’était clair, il me fallait les mots suivants : respecter ses limites. Si mes trois premiers mots étaient lourds de sens et de responsabilités alors, imaginez ceux-ci… J'entends certaines personnes dire : on n’a pas besoin d’un tatouage pour comprendre ça ! Vous avez raison, c’est ma façon à moi d’avancer tout en ayant de l'agrément.

Tu peux travailler fort dans la vie afin de réaliser tes rêves les plus fous. Mais le plus important, est de le faire en te respectant. Vous savez, depuis mon enfance, je n’avais jamais songé, même une seule seconde, à respecter mes limites. Je me l’étais même proscrit. J’avais appris à les dépasser, alors les respecter ? Jamais de la vie. Je croyais que c’était un signe de couardise. Aujourd’hui j’en paye le prix au niveau de ma santé. Alors oui, c’est important. Si l’on veut apprendre à s’aimer et être en harmonie avec son passé, si l’on aspire à devenir le plus authentique possible ou du moins être sur son chemin alors il faudra apprendre à respecter ses limites. Vous savez, l’authenticité est une quête de tous les jours… si l’on veut se respecter, et avoir confiance en soi, il faudra le faire en respectant ses limites. C’est une complétude !

Quand on décide de prendre soin de soi, il faut commencer par apprendre à se connaître, cela va de soi. Il faut alors se considérer, s'examiner devant le miroir sans masque, se voir avec nos imperfections et nos qualités, avec nos bons et nos mauvais coups.

Il faut apprendre à se pardonner aussi. Cela n’est pas toujours facile. Comment veux-tu pardonner aux autres quand tu n’es pas capable de te pardonner à toi-même ? On comprend facilement la lourde tâche… Se regarder dans le miroir peut être déchirant, torturant. Avez-vous déjà pris juste deux minutes avec vous-même ? Pendant deux minutes, demandez-vous si vous êtes une personne heureuse. On ne peut se mentir, se fabuler à soi quand on décide de devenir une meilleure personne. Faites l’exercice, vous m’en donnerez des nouvelles. Et faites-le régulièrement, il faut s'en faire un devoir, ça aide. Demandez-vous ce qui vous ferait plaisir.

Apprenez à vous offrir du bon temps, de petites douceurs. Achetez-vous des fleurs, allez au restaurant ou encore payez-vous un soin : massothérapie, spa… On se préoccupe souvent de la personne qu’on aime, de nos parents, enfants, amis. Mais à soi, on le fait rarement. Et l'être qu’on devrait aimer le plus au monde est soi-même. Je sais qu’il y en a de plus de plus qui le font et je leur dis un grand bravo 🙂 Il n’est pas égoïste de penser que nous sommes la personne la plus importante.

Apprendre à s’aimer c’est aussi laisser partir certaines personnes autour de soi. Même les relations intenses qui ne semblent posséder que du négatif font évoluer. Il faut juste se donner du temps pour le comprendre. On garde toujours un peu de chacun en nous, c’est une richesse incroyable d’en prendre conscience.

Aimer inconditionnellement... Pas facile à faire, mais on peut s’entraîner afin d’améliorer nos relations. Aimer l’autre sans le juger, sans lui attribuer d’étiquette, sans lui porter de diagnostic.

Être authentique et respectueux c’est cesser d’être égoïste, ou du moins améliorer ce point. S’offrir un demain plus gracieux en vibrant dans le moment présent. Je souhaite cela à toutes les personnes que j’aime, c’est un cadeau à se faire… un petit pas à la fois.

On peut se perdre à critiquer nos voisins. Pourtant ils ne grandiront pas avec nos commentaires, ils vont continuer d’être ce qu’ils sont. Alors que nous avons le pouvoir de comprendre mieux ce qui se passe chez nous dans notre cour, derrière notre reflet. C’est un beau cadeau à se faire que de devenir plus conscient, n’est-ce pas ?

Apprendre à s’aimer afin d´aimer mieux ceux et celles qui nous entourent… n’est-ce pas une belle façon d'entamer le mois de septembre ça ? La plus grande histoire d’amour de votre vie est la conquête de votre soi intérieur !

Au plaisir d’échanger avec vous ! J’adore vous lire et je vous répondrai avec grand bonheur.

Sans prétention,

Alain Ayers

Auteur: Alain Ayers

Partager cet article sur