Le raffinement

Le raffinement, une denrée rare de nos jours.

Le temps file, on essaie de joindre le travail, la vie familiale et sociale par les bouts qu’on peut. À force de courir, on coupe les coins ronds, on finit par manquer de finesse, de détail. On perd de notre subtilité. On s’oublie et on oublie ceux qui nous entourent. On ne le fait pas de façon consciente habituellement, on en égare des petites parties à mesure qu’on s’engloutit sous des tonnes de responsabilités.  

Pourtant le raffinement est quelque chose de très important. Prendre soin de soi en est un. Prendre le temps de se préparer un peu avant d’aller à l’épicerie, s’arranger les cheveux, se raser, bien s’habiller. Pas comme on le fait pour sortir un samedi soir là, juste l’équilibre vital aux respects de soi et d'humanisme.

Prendre soin de sa santé, bien manger. Ce sont des raffinements physiques et matériels de première nécessité à une bonne stabilité. Maintenant, les raffinements intérieurs sont aussi majeurs, êtes-vous d’accord avec moi? Le fameux savoir-être. Soigner son langage en est un, considérer les gens autour de nous, ne pas dire n’importe quoi, ne pas répéter des balivernes. Vous savez, aujourd’hui avec internet il est facile de tomber dans ce piège, car tout a l’air vrai. Certains ont même la fâcheuse habitude de partager ces faussetés. Ayons plus de retenue, soyons plus vigilants et prenons le temps de choisir ce qu’on aimerait distribuer avec les autres. Il y a tant de beauté dans la vie.

Il y a aussi le raffinement professionnel, vouloir se surpasser et offrir encore mieux. C’est une belle façon d’évoluer. Celui qui cesse d'espérer devenir meilleur, meurt peut-être un peu chaque jour.

Être plus délicat, bien choisir ces mots, laisser l’égo de côté pour être sur la  route de l’amélioration, ou même alléger l’ego simplement. N’est-ce pas une belle conduite à avoir ?  

Être habile à reconnaître ses travers afin de pouvoir grandir et ne pas les répéter. Se raffiner c’est aussi être capable de s’administrer, s’occuper de soi sans compter toujours sur les autres. Devenir autonome, distinct et complaisant.

Quand on est malade, affligé par la vie, c’est facile de mettre le raffinement de côté, il devient secondaire et on peut le comprendre. Mais la guérison passe par lui, car il fait du bien à l’esprit. La fierté est le sentiment qui résulte après une mise en place du raffinement.  

Avec cette vie qui file à vive allure, j’ai gardé en tête le besoin d’un raffinement dans mes actions. C’est comme faire du ménage dans ce qu’on entreprend. Il est souvent préférable d’être plus raffiné, plus délicat avec soi, mais aussi avec ceux et celles qui nous entourent. Se raffiner, c’est prendre soin, vivre, s’aimer et aimer les autres.

Au plaisir de vous aimer sur ce beau chemin qu’est la vie !

 

Alain Ayers

Auteur: Alain Ayers

Partager cet article sur