Voyage en mer 3…

Voyage en mer

Dialogue avec la lune

Vous savez ce qui est étrange dans cette suite ? C’est la cohérence mentale des informations vitales qu’on m’apportait. Le souffle du savoir cosmique dans une vision encore presque inconnue. Un dialogue mystique peut-être malhabile mais incroyablement révélateur.

À la nuit tombée, le ciel était immaculé. Enfin presque, car on pouvait distinguer la Grande Ourse. Nos alliés, les chakras, veillaient probablement sur nous à ce moment.

Les voiles du navire étaient tuméfiées presque anormalement, car on filait à vive allure. On pouvait même sentir l’odeur de la mer, son sel venait s’incruster dans nos narines. Les voix des marins se distinguaient péniblement avec ce fort vent. Le plus important était l’effluve qui émanait des cuisines. On pouvait entendre le chef crier (ce soir, légumes et fruits de mer à l’honneur). Nous avions la chance de toujours bien manger, jour après jour.

C’était vraiment un début de nuit magnifique, il planait sur le bateau une plénitude incontestable. Près de moi, il y avait un officier de navigation responsable de notre sécurité, il tenait la garde. C’était un homme très rassurant dans toute sa stature. Il me regarda, me demanda de le suivre, m’expliquant qu’une personne désirait me rencontrer. Vous savez, j’avais un pressentiment, je sentais que l’heure était venue de faire une rencontre très spéciale.

Je l’ai suivi jusqu’au pont arrière du bateau. Arrivé, j’eus la vision d’une femme extraordinaire. Son aura était d’un bleu foncé, indigo pour être précis. Cette couleur est associée au corps spirituel et elle était tellement intense que son reflet envahissait littéralement le pont. De plus, elle était vêtue de blanc et elle portait un magnifique chapeau.

Elle me regarda et dit :

«Il germera en vous une onde électromagnétique qui a le pouvoir de vous relier à votre élévation psychique. Elle permet de connecter, de grandir et d’évoluer aux bras des valeurs directement rattachées au concept de l’amour.»

À ce moment, j’eus l’intuition d’une corrélation profonde. Comme si un regroupement de neurones venait de créer une armée de dendrites pour l’exécution intense d’un ouragan provoqué par les synapses. J’étais habité par des convictions et je me sentais bien. Je sais que cela fait compliqué de l’expliquer ainsi, mais c’est vraiment cela que j’ai senti. Cette femme avait un charisme pur et puissant, c’était bellissime.

Je lui demandai de mettre un mot sur ce qui venait de naître en moi. Elle me dit ceci :

«Vous venez de connecter votre corps physique à votre corps psychique. La notion spirituelle est essentielle au bon développement d’un individu. De plus, elle crée l’équilibre parfait afin de s’exercer dans ce monde. C’est un branchement intrinsèque sur le chemin de l’évolution.»

Pendant qu’elle me raconta cette histoire, une petite embarcation passa au loin. Il y avait juste un passager à bord, il semblait exténué, on pouvait deviner qu’il allait sombrer. Je lui dis qu’on devait essayer de l’aider. Elle me regarda et dit : «Cet homme ne vous entendra pas, cet homme ne vous verra même pas. Il est dans l’exécution karmique d’une initiation. Pour qu’il puisse vous entendre et vous voir, cet homme a besoin d’une connexion spirituelle. Et pour la posséder, cet homme aura besoin de vivre son naufrage.»

J’ai compris à ce moment, ce qu’elle voulait dire. Il faut mettre nos sens en action afin de maximiser notre désir de grandir. Il faut surtout apprendre de nos expériences. La petite embarcation finit par disparaître dans la noirceur de la mer.

Elle continua : «l’être humain doit apprendre à ramer, il doit apprendre à connaître les marées. Il doit accroître sa curiosité et ne jamais cesser de croire.»

J’entendais très bien ce qu’elle me disait, mais je vais vous avouer que cela impliquait en moi tellement de résistance, croire c’est un peu involutif n’est-ce pas ? Elle me dit :

«La croyance conduit au savoir. Arrêter de croire est une traversée qui mène au désespoir et surtout à l’isolement. S’accorder le privilège d’apprendre et faire confiance car la confiance est nécessaire au cheminement de l’être humain. La définition de la spiritualité est défaillante en raison de son association faite à la religion dans les années passées. Elle est essentielle à l’évolution et avec elle, la conscience est née.»

- Qui êtes-vous ? Pourquoi me raconter tout ça ici sur ce navire ?

«Je suis une voyageuse du temps et guide de la lumière. J’enseigne la route qui mène au portail. La volonté d’évoluer est pragmatique. Malheureusement, des réfractaires de la conscience pensant connaître les lois sont en fait des êtres dichotomiques qui nuisent à l’évolution. Ils sont armés d’un ego presque sans faille.

Je suis sur votre bateau pour renforcer le dialogue de la spiritualité, c’est mon rôle simplement. Je sais que vous diffuserez notre dialogue.»

- Vous semblez mettre en importance le choix des mots ?

«Négliger l’importance des mots est préoccupant. Ils sont le seul lien énergétique disponible dans l’unification terrestre actuelle. Un jour, des dimensions déjà en place permettront d’échanger entre vous de façon différente. Pour l’instant, il est monumental d’apprendre à naviguer, à canaliser nos émotions responsables de nos jugements. L’ego ne peut transgresser ces dimensions. Le jugement et la critique sont aussi anti-esprit et reliés à l’inconscience, l’ego est leur moteur. C’est pour cette raison qu’elle doit disparaître de votre mental avant de s’engager vers le portail. Les mots sont chargés en énergie, il est important de bien les choisir. Cela fait partie de la minutie des initiés.»

- Qu’elle est le lien de la croyance envers la spiritualité ?

«Pour apprendre, il faut commencer par croire et la suite conduit au savoir. Vous consultez un livre, dans cette lecture votre mental fera le tri de toutes sortes d’informations. Votre curiosité et votre intelligence feront des déductions importantes. L’énergie de la spiritualité cherchera à vous mettre sur le chemin de la connaissance. Car votre conscience sait, elle ne croit pas. C’est de cette façon qu’elle s’active à faire des liens.»

- Je comprends, car je sais ce que vous venez de dire. N’est-ce pas là un exemple de la conscientisation ? Le savoir est un état d’esprit incontestable et universel. On n’a pas besoin d’avoir été mis au courant pour savoir… On sait, c’est tout…

«Premièrement, on doit respecter le chemin de chacun. On ne peut intervenir dans l’épreuve profonde d’un individu. Par contre, on peut très bien l’accompagner. Le mental des gens est composé de croyances et c’est très important. Le jour où vous saurez au lieu de croire, vous ne trouverez plus nécessaire de convaincre, car de toute façon il sera utopique de le faire. Et si vous essayez d’informer les gens de votre découverte, ceux-ci seront aveugles et sourds. Vous comprenez ?»

- Oui, comme l’homme dans son embarcation ?

«Exactement…»

- Donc la spiritualité n’est pas un signe de faiblesse ? Au contraire…

«En sachant que le mental regroupe l’intelligence, donc les facultés intellectuelles, on ne peut que lui faire une place précieuse dans la mécanique de la vie. La spiritualité est l’équilibre entre l’esprit qui est composé du conscient et du subconscient et le mental, qui lui est responsable de la fonction psychique. Devenir conscient, être en contact au savoir c’est devoir l’assumer. Avec le temps, la conscientisation mettra fin aux croyances, c’est ainsi.»

- On entend beaucoup parler de conscientisation ces temps-ci.

«Nous savons que la spiritualité se dégage de tout ce qui est matériel. Et depuis quelques années, avec l’apparition en force de la conscientisation, elle n’a jamais possédé une position aussi positive et puissante. Dans les années passées, elle était synonyme de pauvreté volontaire, elle était associée au pouvoir de l’église en matière religieuse. C’est comme si on la découvrait de nouveau.»

- Oui, nos parents ainsi que nos grands-parents étaient des êtres très spirituels en majorité. Mais la spiritualité avait un lien très fort avec la religion n’est-ce pas ?

«La spiritualité n’a pas changé, elle est toujours la même. Par contre, la vision qu’on en fait est différente. Vous vous souvenez, un père spirituel était en quelque sorte un guide qui nous aidait à connecter à notre foi, dans la religion catholique c’était ainsi. Aujourd’hui, un père spirituel est vu comme quelqu’un d’exemplaire d’un point de vue moral, qui exerce une influence considérable dans la formation d’une autre personne, dans l’élévation de sa propre conscience. Voyez la différence, et soyez attentif aux gens qui vous entourent.»

Au même moment, au loin, on aperçut la lune qui semblait sortir de la mer. Elle était vraiment superbe et majestueuse. Elle me dit ceci :

«Longtemps, la lune a été la mer de l’influence par ces fréquences subtiles. Par sa force attractive, l’atmosphère étant attirée par elle, son magnétisme a influencé l’esprit, elle a ensorcelé, dominé le monde. Pas surprenant, car sur le plan scientifique, il est simple de comprendre son rôle de persuasion. Elle influence les marées et étant constituée d’une majorité d’eau, il n’est pas surprenant que nous en soyons déteints. Plus les gens sont envoûtés et dominés par leurs émotions, plus la lune a de l’influence sur eux. Avec la conscientisation, la mer de l’influence n’aura plus cet effet sur eux. La lune se chargera du grand nettoyage.»

J’avais passé des semaines en mer et la lune avait toujours été absente. J’étais hypnotisé par sa beauté. Pendant que j’admirais la déesse du ciel, elle continua à décrire sa pensée.

«Donner une place de choix à la spiritualité est le pont qui mène à la conscience. Elle est libre d’ego, elle est anti-narcissique et accompagnera qui veut grandir et apprendre.»

- Où puise-t-elle son importance ?

«La conscience prend naissance dans l’éveil spirituel, elle mène même à un état de conscience supérieur, à une libération totale de l’ego. Et elle unifie à l’univers ou encore avec le divin, selon nos croyances. Dans le fond c’est un état de conscience, à une perception holistique de l’existence.»

- OK ! Mais pourquoi certaines personnes semblent-elles vouloir s’en détacher ? Est-ce la peur de l’effort ?

«Ne pas être capable d’habiter l’effort et la volonté est anti-esprit et anti-conscience. La volonté est l’énergie qui élèvera votre mental. Ce n’est pas un choix ou encore une option, c’est une route, une vie entière. Devenir conscient implique une responsabilité qui peut être lourde à porter. L’enseignement demande une implication colossale. L’indépendance et la couardise incitent l’esprit à l’isolement.»

- Peut-on ne pas vouloir de cette science ? Ne pas vouloir évoluer ?

«Après avoir pris conscience, on ne peut reculer et faire abstraction du savoir, il faut être capable de la supporter. Le contraire emportera les gens dans la folie. On ne peut nier la science.

Malheureusement, certains sombreront dans la confusion et seront divisés par leur incompréhension profonde. Leurs traits qui les caractérisent seront amplifiés par leurs egos.

Se conscientiser, c’est se connecter au concept de l’amour. C’est protéger ceux qu’on aime, s’éloigner du jugement. Pas besoin de vous faire l’exemple du contraire.»

- Est-ce qu’elle nous habite tous ?

«La spiritualité nous habite presque tous, même pour les purs et durs athées de notre société. Elle est le lien qui nous unit à nous-mêmes. Je plains ceux qui s’en dissocient, car elle est vitale pour l’équilibre. Son absence existe, l’âme est alors propulsée dans les ténèbres, un endroit dépourvu de lumière.»

Merci pour ces précisions.

La lune s’était élevée dans le ciel, elle était pleine et de toute beauté. Elle me dit :

«Merci pour l’échange. Avec la maturité, on adopte, on choisit des routes qui correspondent à ce qu’on est profondément. Bonne soirée, la nuit est belle !»

Soudainement, son corps s’illumina d’un bleu encore plus puissant, elle s’éleva et quitta le pont. Son corps flotta et se dirigea vers la lune et disparut. Avais-je eu un dialogue avec la lune ?

J’étais heureux, je me sentais imprégné d’amour. J’étais ancré dans le moment présent quand soudain j’aperçus, sous le reflet brillant de la mer, la silhouette de ce qui semblait être une île.

Je me retourne et près de moi l’officier de navigation me dit ceci : «Devant nous se trouvent le passé, le présent et le futur. Allons à la découverte de ce monde pour faire la rencontre des anciens !»

Je vous raconterai l’incroyable expérience vécue avec les êtres qui l’habitent.

Bonne semaine et merci d’être embarqué dans mon bateau. Il y a encore beaucoup de rencontres à faire dans mon voyage en mer.

Alain Ayers

Auteur: Alain Ayers

Partager cet article sur